Euskadi : hommage aux gudaris du bataillon Gernika
| traditionactu | Actualité  Vu 10900 fois
Article N°18726

Euskadi : hommage aux gudaris du bataillon Gernika

Ce soixante dixième anniversaire de la bataille de la Pointe de Grave a été suivi par les familles des Gudaris (soldats - militaires) et des miliciens abattus, ainsi que par des représentants des groupes politiques et syndicaux auxquels ils appartenaient.

Le Lehendakari Iñigo Urkullu a présidé  l'acte de commémoration des personnes fusillées à Santoña en 1937. Elle était organisée par GOGORA, l'Institut de la Mémoire, de la Coexistence et des Droits de l'Homme. Face aux familles des Gudaris et des miliciens exécutés par les troupes franquistes pour leur affiliation politique ou syndicale, le Lehendakari a insisté sur le fait que «ni la répression, ni la violence n'effacent jamais les sentiments d'appartenance ou les idées politiques». Au contraire, "Ils sont renforcés", at-il ajouté.
La cérémonie a été suivie par des représentants des groupes politiques et syndicaux auxquels appartenaient les exécutés (EAJ-PNV, PSOE, PCE, ELA, CNT et Izquierda Republicana), en plus des conseillers Josu Erkoreka, Cristina Uriarte, Bingen Zupiria et Mª Jesús San José. Le directeur de Gogora, Aintzane Ezenarro, et le secrétaire général des droits de l'homme, de la coexistence et de la coopération, Jonan Fernández, étaient également présents.
Dans l'acte de souvenir, ils ont pu voir des images historiques, des lettres des fusilliers à leurs familles et des interviews aux membres des six partis et syndicats auxquels ils étaient affiliés.
Dans son discours, le Lehendakari a voulu souligner "la dignité que ces hommes ont maintenue jusqu'à la fin de leur vie. Prisonniers mais non abattus ; fermes dans leurs convictions et avec espoir pour l'avenir, en dépit d'être aux portes de la mort ".
Les pelotons d'exécution de Santoña
En août 1937, le gouvernement basque conclut un accord de paix avec les troupes italiennes, qui met fin à la guerre d'Euskadi. L'objectif était d'éviter d'autres pertes et d'essayer de sauver le maximum de vies. Néanmoins, les Italiens n'ont pas rempli l'accord et à la fin de ce même mois les troupes franquistes sont entrées à Santoña, prenant en charge les Basques emprisonnés dans le pénitentier de Dueso. Entre octobre et novembre de cette année 57 personnes ont été emprisonnées dans le Dueso. Parmi ceux-ci, 14 Gudaris et milicianos ont été exécutés le 15 octobre, pour leur affiliation politique ou syndicale. (Source Irekia)

Pierre HAERTELMEYER

Lien :http://traditionactu.tvlocale.fr/

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant