Smart-City : L’humain, la  clé de la transformation numérique pour une politique des transports plus efficace.

| LVIC | Smart-City | Actualité  Vu 285786 fois
Article N°17777

Smart-City : L’humain, la clé de la transformation numérique pour une politique des transports plus efficace.

La transformation numérique, une question que beaucoup de monde se pose ! Elle reste l’un des sujets les plus évoqués en ce moment.
 
Dans certaines entreprises, le numérique est devenu un élément stratégique pour sa réussite.

Les vertus du digital et sa pertinence stratégique sont souvent mises en avant, cependant, certaines enquêtes montrent que seulement 10 % des entreprises en France du CAC40 considèrent la transformation numérique comme une urgence.
 
Cela donne à réfléchir sur l’importance de ces outils pour la construction de notre avenir !
 




La Smart City est le fruit d’une coopération étroite entre l’humain, l’urbanisme et la technologie.
 
Prenons le cas de l’intégration d’un système de transport intelligent (STI) qui est devenue fondamentale pour nos citoyens.
 
Des exemples comme Singapour, Amsterdam ou encore Londres ont d’ores et déjà intégré des STI proposant ainsi de nombreux services facilitant la mobilité pour les usagers.
 
Il est important de mieux comprendre les problématiques des usagers afin de mieux orienter notre politique du transport.
 
Si nous parlons avec des voyageurs, ils nous diront très souvent qu’en matière de transports, leurs sujets sont généralement dus aux retards : chercher une place de parking, attendre un train ou un bus. Tout cela étant particulièrement irritant.
 
Beaucoup de citadins essaient de voir au-delà de ces problématiques et se projettent dans un futur où les voitures sans conducteurs feront leur apparition.
 
En effet, selon certains sondages et suite à des échanges avec les citoyens, il s’est avéré que la majorité d’entre eux s’attendent à utiliser une voiture autonome avant 2025.
 
Si ce type de véhicules représente une perspective intéressante, ces sondages indiquent néanmoins une certaine frustration de la part des citoyens, notamment en ce qui concerne la façon dont les villes fonctionnent actuellement.
 
Il est important aujourd’hui de bien comprendre l’enjeu d'avoir une politique des transports efficace  afin de mieux répondre aux besoins et aux exigences des habitants qui souhaitent voir émerger un grand nombre de services facilitant leur mobilité.
 
Par exemple sur la Génération Y, la mobilité est essentielle pour ces jeunes usagers (entre 18 et 24 ans) : 63 % privilégient l’utilisation de leur Smartphone ou tablette pour planifier leurs trajets en ville.
 
Environ 4 jeunes sur 10 ont déjà adopté des méthodes de paiement sans contact, et environ un tiers d’entre eux utilisent des applications mobiles pour obtenir des horaires ou des informations sur la circulation et pour réserver leurs déplacements.
 
Il faut comprendre que les utilisateurs sont souvent confrontés  aux files d’attentes et aux embouteillages et donc cherchent tout simplement  des moyens simplifiant leurs trajets.
 
Ici une politique des transports efficace, se jouera sur la rapidité et la facilité d’utilisation des transports! Des facteurs déterminants qu’il faudra prendre en compte pour concevoir les services nécessaires aux citadins.
 
Exploiter les données pour bâtir les territoires intelligents

L’avenir des territoires intelligents devra s’articuler autour des données intégrées.

Cette intégration sera vitale si nous voulons collecter des informations issues de la masse de données générées par les terminaux de paiement, les caméras, voire même par les tweets des utilisateurs.

Aujourd’hui, nous travaillons avec de nouveaux systèmes de back-office isolés pour chaque opération. (Ce que j’appelle le mode Silos)

Mais cela doit changer pour que l’ensemble des données soit centralisé au sein d’une même ressource.

L’objectif étant de transformer la mobilité dans les villes afin d’optimiser les connexions entre les différents moyens de transports pour fluidifier les déplacements, de minimiser les coûts d’exploitation et de faciliter l’utilisation des transports grâce à l’analyse des données issues du comportement réel des voyageurs.

Cette exploitation des données:  en fonction du voyage, de l’heure, de la journée ou du mode de transport, permettront d’offrir de meilleurs services d’information et d’élaborer des systèmes connectés efficaces pour le transport des usagers du futur.

La preuve par l’exemple de Los Angeles, illustre parfaitement ces propos.

Cette ville bénéficie d’un système intelligent de gestion du stationnement et de l’information (Xerox’s Merge Plaform) : des capteurs sont installés sur les place de parkings dans les rues du centre-ville.

Le système combine l’ensemble des données provenant de ces espaces de stationnement extérieurs et des parkings souterrains pour fournir une vision globale, en suite l’analyse de ces données est utilisée pour gérer l’entretien des stationnements (Les revenus générés ainsi les taux d’occupation).

De plus, grâce à un algorithme permettant de faire varier la tarification en fonction de la disponibilité des places, le stationnement est optimisé( Bon pour l’économie, l’environnement et le confort des citoyens).  

Les résultats sont : Une réduction de 10 % de la congestion liée à la recherche d’une place libre et une meilleure gestion du transport tout en réduisant l’encombrement et la pollution en ville.

Aujourd’hui, les technologies visant à développer les villes intelligentes existent bel et bien, mais le véritable défi est de les mettre en œuvre et de changer le comportement des voyageurs.

C’est pourquoi nous devons éliminer tous les obstacles en créant une expérience utilisateur plus fluide et attractive, que ce soit en termes de coûts, de paiement, de sécurité, d’usage, de fiabilité, de flexibilité et de facilité pour passer d’un mode de transport à un autre.

Pour bien comprendre , la technologie ne doit pas être accès uniquement sur le business mais doit être un accompagnement à la qualité de vie des citoyens.

- La technologie doit être un outil complémentaire à la présence humaine en  répondant  aux  besoins  de  communication,  de surveillance et d’accessibilité.

- La  technologie de  communication  concerne l’information du  voyageur et celle-ci doit être fiable et précise surtout quand elle  s’adresse aux personnes à mobilité réduite,  aux personnes âgées, aux malvoyants et aux  malentendants.

- La  technologie de surveillance repose sur  la  vidéo, les bornes d’appel d’urgence et aussi sur une organisation en arrière-plan  interconnectée, rapide et efficace.

tout simplement mettre en place une télégestion contrôlée à distance par une  présence humaine.

-La technologie  d’accessibilité s’applique au bon fonctionnement des ascenseurs, des  escaliers mécaniques et de l’éclairage.

La technologie sans l’humain n’aurait plus de sens!

Bonne lecture à tous

Tony Canadas

Lien :http://www.facebook.com/lescitoyensmodernes

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant